PRéSENTATION

L’ostéopathie est au carrefour d’un raisonnement anatomique et d’un savoir-faire palpatoire. L’anatomie permet à l’ostéopathie de s’inscrire dans un courant de pensée médicale occidentale.

Elle a joué un rôle considérable dans l’élaboration du concept ostéopathique et continue d’être une source de développement et de justification du traitement ostéopathique.

C’est pourquoi il n’y a pas d’opposition « médecine traditionnelle » / « ostéopathie » ; il ne peut y avoir raisonnablement qu’une collaboration rendue facile par l’usage du langage anatomique employé.

En effet, tous les acteurs du système de soins ont pour objectif la découverte de l’étiologie des pathologies rencontrées et par là un traitement. En ostéopathie nous n’échappons pas à cette règle, ni ne la réinventons.

Notre réflexion thérapeutique s’appuie sur une connaissance anatomique, reflet de l’interdépendance des structures. Ainsi l’ostéopathie apparaît, aujourd’hui, comme un outil intéressant dans la prise en charge de douleurs fonctionnelles.

Cette démarche n’empêche pas bien sûr la collaboration avec ceux qui pensent différemment le corps. Du fait de son ancienne marginalisation au sein du système de santé français et de la pratique variée des ostéopathes, il est possible de constater une assimilation de l’ostéopathie avec les médecines dites « énergétiques » au sens large. Ne pas vouloir y être assimilé ne signifie pas les renier, c’est la simple constatation qu’on n’utilise pas les mêmes concepts.

Maintenant, avouons que la clinique est dominée par l’expression de la douleur du patient. Dès lors qui, en tant que professionnel sérieux et attentif, pourrait nier la souffrance et donc subordonner cette vérité à une abstraction technique et sans doute sans grande importance au final.

Cet espace professionnel, destiné à évoluer, s’adresse à tous ceux qui luttent pour l’intérêt supérieur du patient et constitue une invitation au dialogue interdisciplinaire.